Musée Rochelais d'Histoire Protestante

   

 

« Pour nombre de protestants, tant en France qu’à l’étranger, la révocation de l’édit de Nantes correspond à un moment fondateur sur le plan identitaire, comme l’est la période dit de la Réforme au XVIe siècle. La répression, bien souvent présentée comme aveugle et meurtrière, a contribué à forger un fort sentiment d’appartenance communautaire, au-delà des origines sociales, qui transcende les frontières nationales. Avec l’un de ses corollaires, le Refuge, elle constitue par définition le moment atlantique de l’histoire huguenote. Les protestants de la Normandie à la Guyenne surtout ont certes toujours été présents sur la scène américaine. Mais, au moment de la Révocation, l’exode envoie sur les routes des milliers de huguenots, nobles, bourgeois et petites gens, partis en quête d’une terre d’accueil et qui finissent par s’installer tout autour du bassin atlantique, de Londres à Cap Town, en passant par New-York et Dublin, sans oublier les Antilles néerlandaises ou danoises. Ces réfugiés, 70 000 peut-être (sur un total d’environ 200 000 départs), fondèrent ainsi de véritables communautés dans les îles Britanniques, dans les Treize colonies, en Afrique du Sud ou dans les Provinces-Uenies, qui tissèrent ou scellèrent d’étroits liens commerciaux, familiaux et religieux trans-Manche et transatlantique. Ils mirent en œuvre de véritables stratégies sociales pour faciliter et renforcer leur intégration dans les territoires d’accueil, tout au moins ceux qui appartenaient au monde des élites économiques et financières, car il reste encore à conduire bien des travaux sur les petites gens. Le Refuge, qui est à tort le plus souvent étudié comme un phénomène exclusivement continental, donna ainsi naissance à un espace – voire à une communauté, née d’une mémoire partagée atlantique huguenot(e) inséré(e) dans l’Atlantique anglo-néerlandais dont Londres fut le centre de gravité. Pour les uns (ceux qui sont restés et leurs descendants), c’est certes l’esprit de résistance à l’oppression qui est glorifié, pour les autres (ceux qui partent et leurs descendants), c’est la liberté religieuse retrouvée grâce à l’exil, lui-même souvent associé à un nouveau départ. Mais tous rendent hommage à ceux qui ont dû affronter d’une manière ou d’une autre l’intolérance religieuse et la persécution pour conserver leur foi. »

 Extrait de "Les Huguenots et l'espace atlantique : aux sources d'un riche patrimoine historique et mémorial", de M. Augeron, D. Poton et B. Van Ruymbeke, Les Hugunots et l'Atlantique, Paris, pups, 2009